Le SM Caen perd encore de l’argent, avoue Pierre-Antoine Capton

Capton avoue que le SM Caen perd encore de l'argent, voici le principal responsable

A l’approche de la moitié de saison, le président du conseil de surveillance Pierre-Antoine Capton a avoué une terrible nouvelle concernant les finances du SMC.

Le président du conseil de surveillance l’avoue : « Le SM Caen continue de perdre de l’argent »

À quelques jours de la trêve de Noël, le Stade Malherbe est dans le ventre-mou de la Ligue 2. Une première partie de saison en deçà des espérances, bien que l’équipe ait été frappée d’une malédiction qui explique en partie cette débâcle. Cependant, le SM Caen est également en échec sur un autre volet, sans doute le plus important. Malgré des économies en tout genre depuis l’arrivée de l’actionnaire américain Oaktree, dont un terrible plan social que n’a pas supporté mentalement l’ancien directeur général du club, les finances continuent d’aller de plus en plus mal. Au micro de France Bleu Basse Normandie, le co-propriétaire du SMC Pierre-Antoine Capton l’avoue : « Le club continue de perdre de l’argent. L’actionnaire fait ce qu’il faut et réinjecte les fonds nécessaires, mais nous perdons de l’argent ». Le président du conseil de surveillance en précise ensuite la principale raison. Sans surprise, l’énorme masse salariale du club est toujours le premier facteur responsable. Mais le salaire d’un joueur en particulier est un véritable poison pour Malherbe.

Ce joueur est le principal responsable de l’énorme masse salariale qui plombe le Stade Malherbe

D’aucuns diraient qu’il est arrivé lors d’une autre époque. Le Stade Malherbe était encore en Ligue 1 et baignait dans les fonds propres suite à la vente de Thomas Lemar à l’Atletico. C’est à cette période, lors de l’été 2018, que Prince Oniangué signe au Stade Malherbe. Pour le convaincre de quitter l’Angleterre pour revenir dans son club formateur, l’ancien président Gilles Sergent propose un pont d’or à l’international congolais : 4 ans de contrat, avec une rémunération très importante. Alors que le salaire d’Oniangue est déjà élevé pour Malherbe lorsque le club est en Ligue 1, il devient un véritable poison après la relégation en Ligue 2. Certes, la rémunération de Prince Oniangue baisse d’environ 30% lorsque le SMC chute en Ligue 2 en juin 2019. Mais le budget du club, lui, dégringole de plus de 60% sur les deux années suivantes. Aujourd’hui, la seule rémunération monstre de Prince Oniangue, en décalage total avec le budget du Stade Malherbe, siphonne complètement les finances du club. De plus le joueur, trop cher, n’a jamais trouvé de nouveau club, contrairement à Yacine Bammou, l’autre responsable de la dilapidation des finances du SMC, parti en Turquie l’été dernier.

Heureusement pour Malherbe, Oniangue arrive en fin de contrat en juin 2022. Il quittera libre le club comme étant le dernier vestige de la gestion suicidaire de Gilles Sergent. Oaktree et Pierre-Antoine Capton, eux, pourront souffler et peut-être enfin arrêter de remettre sans cesse de l’argent au pot.

Partager cette info :