Le directeur sportif en difficulté pour défendre le club

HUMEUR – Alors que le SM Caen frôle la zone de relégation après 16 journées, le directeur sportif Yohan Eudeline a pris la parole. Il devient difficile de défendre l’indéfendable.

Tous les 6 mois le club annonce que ça ira mieux dans les semaines à venir mais le SM Caen est toujours aussi mauvais

17 points en 16 matchs, Malherbe devait vivre à minima une saison tranquille mais se retrouve à officiellement jouer le maintien. Lors de cette mini-trêve imposée aux caennais (le week-end du 27 et 28 novembre est réservé à la Coupe de France, compétition dans laquelle le SMC s’est fait sortir par des amateurs), le directeur sportif Yohan Eudeline dresse un premier bilan sportif pour Ouest-France. Il indique que le début de saison n’est pas conforme aux ambitions, mais que tout s’arrangera dans quelques matchs. Malheureusement, cette déclaration est récurrente. Déjà lorsque Rui Almeida était en échec en 2019, les dirigeants promettaient que l’équipe redresserait la barre. Même refrain avec Pascal Dupraz, en hiver, en été, à l’automne… « On a besoin d’un match charnière nous permettant de basculer sur autre chose », déclare l’ancien attaquant de Mondeville cette semaine. Ce match charnière a existé il y a quelques jours, avec la victoire à Toulouse. On connait la suite…

Trop de recrues sont des flops

« Depuis deux ou trois ans, il y a des frustrations sur certains, comme Caleb Zady Sery », indique Eudeline à Ouest-France. Une frustration qui aurait sans doute pu être évitée. Lorsque Alain Orsoni, sulfureux président de l’AC Ajaccio, accepte de vendre à Caen, club concurrent, son meilleur joueur de 19 ans pour une bouchée de pain, Fabrice Clément n’est même pas capable de sentir l’imposture et signe des deux mains pour 5 ans. D’autres échecs cuisants sont à déplorer. Rappelons que Santy Ngom a été acheté 500 000€ et payé pendant deux ans pour trois bouts de match. Le joueur, lui, a pu se payer un avocat avec son salaire pour attaquer le club. Autre joueur, Azzeddine Toufiqui, le dossier sur lequel Eudeline s’est un peu trop enflammé. « Il est recruté pour la saison prochaine, on a un plan, on compte sur lui », déclare le directeur sportif deux fois, deux années de suite… Toufiqui, lui, ne s’imposera jamais et quittera Malherbe par la petite porte pour aller en deuxième division hollandaise. Citer les dix ou quinze autre flops de l’ancienne direction reviendrait à écrire un bouquin. Qui se rappelle de Pape Djibril Diaw ? ou Arnold Isako ? Ce dernier fut même interdit de jouer administrativement pendant des mois car il n’avait pas de papiers en règle…

Partager cette info :